Nicolas Sarkozy et ses chiffres

Publié le par Bruno Tranchant

Programmes et sondages : apparences et réalité de la campagne  17/02/2007

Nicolas SARKOZY promettait il y a quelques jours un abaissement de 4 points du taux de la pression fiscale en France. L'engagement ne serait plus aujourd'hui que d'un point. Le réalisme n'est pas nuisible, mais la différence est tout de même de taille, 51 milliards d'euros, exactement. Il devait avant-hier supprimer les droits de succession. Mais n'envisage plus aujourd'hui que de les alléger. Le bouclier fiscal devait être fixé à un maximum de 50% d'impôts, incluant la CSG. Le cadeau fiscal pour les plus riches serait désormais révisé à la baisse.
Ce n'est plus un programme, c'est une valse.
 
Ce sont pourtant les propositions de Ségolène ROYAL qu'on juge, selon les cas, ou trop coûteuses, ou non chiffrées.
Des sondages de la semaine, on retient que Nicolas SARKOZY améliore son score de second tour. Sans retenir l'essentiel, qui est dans la consolidation des intentions de vote de 1er tour en faveur de Ségolène ROYAL. Faisant d'elle la candidate d'une gauche qui peut l'emporter.
Au-delà du détail incertain des programmes, et des impressions fugitives de sondages ordinairement démentis par les urnes, la campagne présidentielle française se construit en fait autour d'une claire opposition entre deux projets de société politique : celui, porté par un homme aspirant au pouvoir, d'une société plus individualiste, et celui, porté par une femme aspirant à la responsabilité, d'une société plus solidaire.
Pouvoir et privilèges, ou liberté et partage, tel est le choix proposé à la France.
Le seul qui, dès aujourd'hui, mérite l'attention et justifie l'engagement.

Publié dans Les Présidentielles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie(nette) 19/02/2007 19:52

En matière d'impôts, NS ne nous dit pas exactement, tout, tout.
A lire :http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=19226
Cordialement,
Sophie(nette)