Est-ce l'enfant ou l'argent qui est au coeur du système éducatif français ?

Publié le par Bruno Tranchant

Hier, je suis allé manifester auprès des parents d'élèves de l'école de la Gommerie dans une classe qui va fermer dès lundi prochain. En effet, il y a à la rentrée 21 enfants par classe au lieu d'un minimum de 24. L'élimination de la classe fera monter ce quota à 29 enfants par classe. Si sur le fond, hélas, les parents ont peu de chance de se faire entendre. Il y a toutefois le problème de la forme. En effet, ils ont été prévenus vendredi soir qu'une classe sera fermée. Cela est inadmissible pour les parents, les enfants et l'enseignante qui se trouve déposséder de sa classe du jour au lendemain.

On est victime ici comme allieurs d'une volonté d'économie à travers la suppression de postes du fait notamment du non renouvellement d'un professeur sur deux partant à le retraite et d'une réduction de ce fait de la formation de nouveaux professeurs.

Alors que depuis des années, le corps enseignant dit qu'il y a trop d'enfants par classe ce qui empèche un suivi individualisé et de qualité de l'élève. Cela a pour résultat que nous avons 20% des élèves entrant au collège qui ne savent pas lire ou/et écrire ou/et compter. Que les élèves après 7 ans de langue vivante la baragouine. Alors que le discours classique du gouvernement est de nous dire que nous avons un des meilleur système du monde et à chaque nouvelle réforme de nous dire que l'enfant est au centre des péoccupation. Je suis persuadé que le centre des préoccupations est comment faire des économies, tout en demandant de faire plus aux enseignants en rallongeant les programmes et en demandant d'intégrer dans leur classes des élèves qui étaient jusqu'à présent dans des classes RASED ou CLIS.

Alors à quand l'intérêt de l'enfant.

Publié dans PRG Rambouillet

Commenter cet article